Noël en chiffres.

par | 8 Nov 2019 | Dans les moments de partage | 0 commentaires

Noël en chiffres.

” Lorsqu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité. “

Friedensreich Hundertwasser

Alors là, le défi est costaud les petits pas. J’espère que vous êtes prêt-e-s, parce qu’on joue dans la cour des grands. C’est parti; thème annoncé: comment conjuguer Noël, fête ultime de la démesure, avec anti-gaspillage, consommation éco-responsable et prise de conscience? Rien de plus simple, quelle ironie! Raccrochons-nous aux valeurs et regardons quelques dizaines d’années en arrière. Mais surtout, ouvrons les yeux sur ce qu’est devenue cette fête, si telle est réellement son nom… menteuse!

Tout d’abord, parlons du symbole far de cette coutume: le sapin! Oulà! pas d’inquiétude Mesdames et Messieurs les récalcitrant-e-s. On ne va pas vous supprimer vos traditions. On va simplement vous aider à les faire perdurer, mais différemment. Car, oui, rendons-nous à l’évidence, si l’on continue ainsi, dans 40 ans, ce n’est pas de sapins dont nous manquerons, c’est de températures fraîches pour garder nos huîtres sur le rebord de la fenêtre, c’est de bois pour construire la table sur laquelle nous dinerons le 24, c’est d’eau pour nous doucher pour nous mettre sur notre 31! Alors maintenant qu’on a tissé le décor, rentrons dans le vif du sujet. Le sapin, donc, c’est 6,5 millions d’arbres qui envahissent nos foyer et seulement 15,1% qui ne sont pas naturels. Sur ces 84,9% d’arbres, 90% en moyenne sont coupés chaque année contre 10% en pot. Le chiffre d’affaire est colossal puisqu’il représente une part de marché s’élevant à 141,4 millions d’euros rien que pour la France! La déforestation, ça vous parle? Quant à l’écologie… 19% de ce symbole verdoyant ne sera jamais recyclé… beaucoup moins glorieuse cette tradition d’un seul coup. Ne parlons pas non plus du budget de 66 euros par foyer consacré aux décorations en plastique qui seront, pour 43%, jetées aux ordures ménagères après les fêtes et donc un objet éphémère de plus, polluant tristement notre douce Mère la Terre (poète mélancolique à mes heures perdues).

Abordons maintenant le repas le plus sereinement possible, sans que tonton crie au scandale parce qu’il ne trouve pas son saumon annuel sur la table, que maman fonde en larmes car l’opulence des années précédentes pointe cette fois-ci aux abonnées absentes (oui, en larmes! Car c’est forcément un signe de pauvreté quand la table ne dégueule pas de mets…) ou que le grand-père en perde son dentier, restant bouche-bée que l’on puisse fêter “Noël végétarien” pour que les animaux aussi puissent célébrer ce jour à leur sauce et non en sauce. Blague à part, concentrons nous 2 minutes sur ces quelques chiffres. Qu’est-ce que le repas de Noël en France? Et bien ce sont quelques 2,470 millions de dinde vendues, plus de 10 millions de bûches pâtissières ou à base de glace, 381 900 tonnes de chocolat, 2,2 milliards d’euros dépensés dans le Champagne, 5600 tonnes de fois gras et pas moins de 3500 tonnes d’huîtres produites en bassin d’Arcachon. Alors avec cette orgie, comment penser que cela n’a aucun impact sur nos vies et notre planète? Les sols sont en pénurie de minéraux, les nappes phréatiques sont à sec et les animaux sont serrés comme des sardines dans leurs usines industrielles parfois encore grossièrement appelées “fermes”! Notons aussi que 31% du repas en moyenne finira à la poubelle…


Parlons enfin de ce que tous nos doux chérubins attendent, hurlant à la moindre lueur extérieure et sautant dans tous les recoins de la demeure, excité-e-s comme des ados à un concert de boys band dans les années 90 : “Leees cADeaaAaUuxxx”!!! Passé le plaisir qu’ils procurent à tous les enfants (oui oui les adultes, vous êtes compris dans le lot), il n’en reste pas moins une démonstration malheureuse et déconcertante sur le thème de la surconsommation à l’occidentale. Ils se comptent en moyenne au nombre de 11 par enfant au pied du sapin (encore lui!) soit un peu moins de 132 millions ou si vous préférez, 66000 tonnes. Et ça rien, qu’en France. Pour les emballer, il faudra compter approximativement 20 000 tonnes de papiers cadeaux. Rappelez m’en l’usage s’il vous plait, si ce n’est mettre 380000 arbres à la poubelle. Enfin, ils représentent 831 euros par foyer environ. A ce prix là, on espère qu’il dureront toute une vie… Ah non, l’utilisation moyenne d’un cadeau de Noël est de 11mois…


Je ne sais pas vous, mais moi, rien qu’en vous écrivant cet article, je suis un peu moins fan de tout cet aspect commercial de Noël. Ce que j’aime dans cette fête, ce sont les réunions en famille, le partage, la petite attention, l’odeur de repas fait maison et parfois rappelant l’enfance, les fous-rires autour d’une décoration faite par la petite sœur en pâte à sel et qui ne ressemble à rien à part à un souvenir éternel. Je vous invite donc à nous suivre ce mois-ci sur notre site afin de redécouvrir la magie de Noël simple, conviviale et éco-responsable.


Et surtout , n’oubliez pas: “seul on va plus vite. Ensemble on va plus loin”.

Juju

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Share This