Les menstruations zéro déchet

par | 29 Déc 2019 | Dans ma salle de bain | 0 commentaires

Au cours d’une vie, chaque femme utilise en moyenne entre 10 000 et 15 000 produits menstruels (serviettes, tampons, applicateurs…). Cela représente 100 à 150kg par femme. Sachant qu’il faut 500 ans à ces produits hygiéniques pour se dégrader, l’impact sur l’environnement est considérable !

De plus, de récentes études ont démontré les dangers sanitaires des serviettes hygiéniques et des tampons. On retrouve en effet dans la plupart de ces produits des résidus de pesticides et produits chimiques. La liste des composés soupçonnés d’effets cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques est effrayante : dioxine, pesticides, phtalates, parfum allergène… 

Même si nous ne connaissons pas encore les dangers réels d’une exposition prolongée à ces substances, nous avons conscience qu’adopter les alternatives plus respectueuses de l’environnement signifie aussi apporter des changements favorables aux conditions sanitaires. 

Heureusement, de nombreuses solutions existent pour des menstruations Zéro déchet !

La coupe menstruelle (cup)

La coupe menstruelle (cup) est une alternative au tampon. Si nous en prenons soin, elle peut être réutilisée au-delà de 10 ans. Dans la majorité des cas, elle est fabriquée à partir de silicone chirurgicale, ce qui prévient donc le développement de germes ou bactéries. Elle n’a pas d’odeur et ne dérègle pas la flore vaginale.

Cependant, étant une solution interne, il est important de bien l’entretenir afin de limiter les risques de choc toxique. Il faut la faire tremper dans de l’eau bouillante au début et à la fin du cycle pour la stériliser.

Elle s’insère comme un tampon. Il faut « prendre le coup » pour bien la positionner. De nombreux tutoriels existent sur internet pour apprendre à s’en servir.

La coupe est à retirer et rincer matin et soir (voire davantage en fonction des besoins).

La culotte menstruelle

La culotte menstruelle intègre directement un tissu hydrophile. Elle est de ce fait plus épaisse qu’une classique, mais reste confortable. Les modèles les plus absorbants pourraient contenir jusqu’à 2,5 tampons ! Elle peut être employée seule ou en complément d’autres protections hygiéniques pour une efficacité maximale.

L’utilisation est simple ! Il suffit de l’enfiler à la place de son sous-vêtement habituel. Il faut la rincer après usage, puis la laver à froid à la machine ou à la main et la laisser sécher à l’air libre.

La serviette hygiénique lavable

La serviette hygiénique lavable est réutilisable. Dans la plupart des cas, elle est faite de chanvre, de bambou ou de coton. Privilégions les fibres certifiées biologiques et évitons les matières synthétiques comme le polyester.

Tout comme les conventionnelles, il existe plusieurs formats et niveaux d’absorptions. Il suffit de la poser dans la culotte et de la maintenir en place grâce à des boutons pression. Elle se lave ensuite en machine ou à la main avant d’être réutilisée.

L’éponge vaginale

L’éponge vaginale gagne à être connue du fait que c’est une solution hygiénique entièrement naturelle (origine marine). Elle s’insère dans le vagin comme une cup. Contrairement au tampon, elle n’assèche pas et ne blesse pas la muqueuse .

Il faut d’abord laver l’éponge avec du savon puis la rincer à l’eau claire. Ensuite, il est nécessaire de la désinfecter avec des huiles essentielles ( tea tree et niaouli ) avant de la laisser sécher à l’air libre.

Le flux instinctif libre

Le flux instinctif libre est LA solution zéro déchet pour les règles !

Comme nous pouvons le deviner avec son nom, il se base sur l’instinct en n’utilisant aucune protection hygiénique. L’objectif est de sentir quand le sang afflue le long du vagin. Lorsque cela arrive, la contraction des muscles du périnée permet d’éviter l’écoulement dans la culotte. Il suffit ensuite d’aller aux toilettes.

Quelle que soit votre situation Mesdames, l’important est de choisir une protection qui correspond à vos besoins et d’oser en tester de nouvelles !

Dans une démarche zéro déchet, le simple fait d’essayer des alternatives est un petit pas. À bientôt pour en faire quelques-uns de plus.

 

Olive

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Share This